Halló !

20120813-111745.jpg

Halló… ou bonjour ! L’été 2012, nous avons passé cinq semaines en Islande avec nos enfants. Pour voir notre voyage de façon chronologique, c’est ICI.

Nous sommes partis depuis la France en voiture, avec un Dacia Duster 4×4.

Nous avons pris le bateau à Hirsthals au Danemark avec Smyril Line. Après deux jours de traversée via les îles Féroé, nous sommes arrivés sur la côte est de l’Islande à Seydisfjördur.

CLIQUEZ SUR LA CARTE POUR VOIR NOTRE PARCOURS

Au final, le tour de l’Islande par les hautes terres et la piste F35 de Kjölur.

En Islande, nous avons fait du camping sous tente. Bilan : 4500 km parcourus dans le pays pour randonner à travers les parcs nationaux et les plus beaux sites du pays.

La météo nous a réservé de bonnes surprises. En 35 jours d’Islande, 5 à 6 jours seulement de pluie et par averses !

Bonne balade virtuelle à vous dans ce carnet de voyage réalisé sur place avec un Iphone et l’application WordPress.

La famille (toujours) givrée !

Quel matériel de camping pour l’Islande ?

Quelle tente ? Quel duvet emmener l’été en Islande ? C’était la question cruciale avant de partir ! Vous vous la posez aussi ?

Voici le matériel qui nous a permis de séjourner « tout confort » cinq semaines en camping en juillet et début août 2012.

20120806-205803.jpg

Une tente Quechua 2 seconds – 4 places pour les enfants.
Elle a été démontée et repliée une dizaine de fois (s’entraîner avant pour la replier afin de ne pas être ridicule et morts de honte au premier camping !!). La tente a peu d’aérations et garde bien la chaleur la nuit. Nous avons eu peu de vent pour dire si elle résiste longtemps aux grosses rafales. Son seul défaut : l’ouverture en cas de pluie. Il faut faire vite pour sortir, pour ne pas mouiller l’intérieur de la tente. Si vous êtes deux, prenez au moins une version 3 places pour les sacs à dos.

20120806-205401.jpg

Une tente Aerotech 4 places Mc Kinley
Pratique pour 2 ou 3 adultes avec son mini espace frontal pour stocker chaussures, vaisselle… Elle a deux accès, un avant, un arrière. Cette tente est très très aérée. Quand le vent soufflait fort et frais, nous avons dû bâcher quelques ouvertures. Nous y avons dormi à quatre en montagne. Un peu serrés tout de même !

Sous la tente en Islande, vous aurez trois ennemis, mais jamais en même temps : le vent, la pluie et surtout la chaleur du soleil au matin. Ce dernier vous tirera du lit… souvent !

Les matelas auto-gonflants
Plus les matelas sont épais, plus ils isolent du froid. Si vous avez la place, partez avec du 5 cm d’épaisseur. C’est parfait pour un adulte. Le modèle de chez Go Sport avec un revêtement anti-dérapant pour le duvet est nickel !

Une couverture de survie réutilisable pour mettre sous les matelas voire sous la tente : Nous nous en sommes servis une fois en montagne. Pas nécessaire si la météo est clémente. Mais toujours bon à avoir.

20120806-205521.jpg

Les duvets
Wilsa sport Yukon confort -3 degrés

Quechua S0 ultralight confort 1 degré

En été en Islande, la température tombe vite le soir. Nous avons eu une fois 5 degrés dans la tente en pleine nuit dans les fjords sous un ciel dégagé. Mais la plupart du temps, la température tournait autour des 10 degrés à l’intérieur. Nous avions emmené des couvertures polaires Ikea transformées en sacs à viande. Elles ont servies mais plus en appoint dehors, voire en oreiller.
Dans les duvets, nous étions en slip et tee-shirt, ou legging-col roulé en coton-chaussettes pour les frileu(ses).
Dans certains coins d’Islande, dans les hautes terres notamment, il peut geler l’été donc un duvet confort autour du zéro degré est le minimum à prévoir dans ce pays si vous y bourlinguez un peu.

Le bonnet
Indispensable pour l’été en Islande. Les Islandais le portent eux aussi quand le vent souffle ou à la fraîcheur du soir. Pour les plus frileux, le bonnet devient bonnet de nuit ! Si tête et pieds ont chaud dans le duvet, vous ne sentirez pas l’impression de froid.

Les boules Quiès
Toujours utile à avoir en camping pour s’isoler des voisins lève-tôt et dormir comme un bébé ! Pour ceux qui craignent la lumière permanente en été, prévoir un masque de sommeil.

Réchaud et gaz
Pour le réchaud de type MSR ou Camping Gaz, les stations service N1 que l’on trouve partout en Islande proposent des cartouches de gaz compatibles.

Précision : Tout ce matériel tenait une fois replié dans le coffre de toit de notre voiture. Il a été emmené par bateau vers l’Islande.

Bye bye Islande !

On embarque sur le Norröna. Arrivée prévue samedi à 12h30 à Hirtshals au nord du Danemark.

Nous quittons Seydisfjördur sous un soleil resplendissant et une douceur incroyable. Les lumières du matin sont sublimes sur les montagnes qui surplombent le fjord. La ferme rouge de Skalanes, fut notre première maison islandaise aperçue en arrivant. Nous lui disons désormais adieu en naviguant le long de sa rive.

Nous quittons l’Islande et ses paysages avec un petit pincement au cœur après 35 jours passés au grand air sur cette terre de feu et de glace.

Dans quelques jours, nous retrouverons la nuit, la France, le travail, l’école, et le quotidien qui file trop vite. Ce voyage était un rêve de longue date. Le rêve d’avoir le temps, le rêve d’un ailleurs vivifiant, d’horizons surprenants, de liberté tout simplement : un rêve vécu les yeux grands ouverts.

Islande, dans tes paysages nous nous sommes souvent sentis tout petits. De ta nature, de ce voyage, nous ressortons émerveillés… et qui sait pour les enfants, un peu grandis par cette aventure ?

20120809-082001.jpg

20120809-082020.jpg

20120809-082105.jpg

20120811-185219.jpg

20120811-185933.jpg

Seydisfjördur : Dernier jour en Islande

20120808-152901.jpg

C’est veille de départ en bateau. Après avoir fait un grand rangement de la voiture, et des affaires des uns et des autres, nous descendons vers le joli fjord de Seydisfjördur à 25 km. La boucle est bouclée. C’est d’ici que nous étions partis il y a 5 semaines. Que le temps a filé vite !!

Le camping de Seydisfjördur que nous avions pour nous tous seuls ou presque début juillet est bondé ! C’est veille de départ au port. Il y a des tentes partout. Les rues du village sont animées.

Sur le quai, nous assistons au départ du paquebot de croisiere, le Maasdam. Le bateau est immense mais pas autant que les montagnes qui entourent le fjord.

20120808-204147.jpg

Ce soir nous dormons à quatre dans la tente Quechua pour replier rapidement demain matin. Nous devons être à 7h dans la file d’embarquement pour un départ à 10h vers le Danemark.

Farniente pour nos dernier pas sur la terre d’Islande et hot pot à la piscine pour finir la journée.

20120808-204227.jpg

Hengifoss : Une dernière cascade pour la route

20120807-191811.jpg

Encore une ! La dernière ou plutôt les dernières ! Lítlanesfoss et Hengifoss. Nos deux dernières chutes d’eau islandaises ont soif en cet été. Peu de débit mais la randonnée est chouette.

Lítlanesfoss est entourée d’immenses colonnes de basalte.
Hengifoss et tapie dans un cirque où les strates sont noires, rouges et oranges. La chute fait 112 m de haut. Les guides touristiques disent qu’elle fait le bruit d’un Boeing au décollage. Il manquait vraiment le débit aujourd’hui pour ne plus s’entendre ! Nous redescendons vers le lac Lagarfljót sous un soleil écrasant. Il fait plus de 20 degrés ! De la brume de chaleur poussée par le vent descend du glacier Vatnajökull.

C’était notre dernière randonnée en Islande. Demain, opération rangement pour descendre au port de Seydisfjordur. Embarquement prévu jeudi à 7h sur le bateau.

20120807-191857.jpg

20120807-192002.jpg

20120807-192034.jpg

20120807-193649.jpg

20120807-193817.jpg

Hallormsstadur : Oh ! Une forêt, ça alors !

20120807-191557.jpg

Sentir l’odeur des sous-bois. Marcher à l’ombre d’un conifère. Retrouver les pieds de myrtilles. Ce décor pourrait être celui de notre Haut-Jura de cœur, mais nous sommes bien en Islande dans la seule forêt ou presque du pays, celle d’Hallormsstadur.

La forêt en Islande avait presque disparu après la colonisation. Victime des cataclysmes, des volcans et de l’exploitation à outrance de l’homme. En 1903, les Islandais ont commencé à reboiser. En 1950, des espèces étrangères ont été replantées dans le secteur d’Hallormsstadur sur la rive est du lac Lagarfljót. 2300 hectares de forêt qui sont une goutte de verdure dans une Islande à 99% minérale.

En marchant dans ce décor, nous nous sommes sentis un peu ailleurs. Un peu en Franche-Comté. Étonnant sentiment d’une ré-acclimatation progressive après cinq semaines d’une régime sans sapin !

20120807-191641.jpg

20120807-191708.jpg

Borgarfjördur et ses macareux

20120806-193826.jpg

Comme promis ce matin c’était grasse matinée pour tout le monde ça dépend ce que l’on appelle grasse matinée pour maman givrée et papa givré c’est 9h30 pour les enfants c’est 11h30. Donc après cette « grasse matinée » nous prenons la voiture au bout de 80 km nous arrivons dans un petit fjord magnifique avec un petit village nommé Borgarfjördur. Nous ne visitons pas le village mais nous continuons 5 km plus loin. Arrivés au lieu d’observation des macareux nous attendons quelques instants avant que ce magnifique oiseau se pose à 7 m de nous avec des poissons dans le bec … pff n’importe quoi je suis sûre qu’ils sont payés par l’office de tourisme pour atterrir à 7 m de nous ! 1 heure après nous décidons de rentrer à Egilsstadir pour aller encore à la piscine.

La petite givrée

20120806-193856.jpg

20120806-193924.jpg