Dimmuborgir et cratère Hverfjall

Encore une superbe météo aujourd’hui sur le lac Myvatn. Le ciel dégagé et venté la nuit dernière nous a amené un petit 7 degrés sous la tente. Dur… après le bain chaud nocturne à 45 degrés dans le Mytvan nature bath !

Direction pour la randonnée du jour, les châteaux noirs de Dimmuborgir. Ces monticules de laves se sont formés il y a 2000 ans lors d’une éruption. Ce sont les restes d’un lac de lave. Le secteur nous déçoit un peu. Sans doute à cause des cars de touristes qui s’y déversent en journée.

Nous ne faisons qu’y passer pour rejoindre à pied le cratère du Hverfjall. Il s’est formé après une explosion froide de gaz, il y a 2500 ans. L’ensemble du volcan est un tas de sable et cailloutis haut de 160 m. L’ascension est « balaise » sous un soleil qui cogne. Oui, ça peut exister en Islande !! La descente elle est plus sympa. On a l’impression de dévaler une dune ou de descendre une piste noire dans la neige. Une mini boucle pour finir la randonné en beauté.

Le sommet du Hverfjall culmine à 400 m . Le diamètre du cratère fait un kilomètre. Immense ! La vue sur le lac Myvatn méritait bien cet effort.

Direction ensuite la petite péninsule d’Höfdi au bord du lac. Un sentier y serpente dans une verdure luxuriante. Des arbres, des fleurs, de la verdure nous rappellent un peu notre Franche-Comté. Marcher à l’ombre d’une végétation est une sensation étonnante après 4 semaines d’un décor totalement minéral ! Le lieu est prisé des oiseaux. En cette fin juillet, nous n’en verrons guère malheureusement.

Demain, nouvelle randonnée et cheval islandais pour trois des givrés.

20120801-185618.jpg

20120801-185654.jpg

20120802-110623.jpg

20120802-110710.jpg

20120802-110735.jpg

Publicités

Les champs de lave du Krafla

20120730-183459.jpg

Le soleil brille sur le lac Myvatn. Nous allons randonner sur le secteur du Krafla. Ce volcan central d’un diamètre de 20 km a connu sa dernière éruption en 1984. Nous marchons au milieu des champs de lave les plus récents. Ils sont d’un noir profond. La lave plus ancienne est grise. Nous ne résistons pas à ramener quelques spécimens de lave, légère et coupante. Par endroits, elle prend des teintes rouges.
Le décor lui est lunaire. Champs de lave à perte de vue. À certains endroits, la lave fume encore 28 après. Les solfatares dégagent une odeur de soufre. Nous montons au sommet du Leirhnjúkur (580 m). Au loin, le spectacle du lac Myvatn et de ses îlots.

20120730-183610.jpg

20120730-183741.jpg

20120730-183847.jpg

Dans ce secteur est installée la centrale géothermique de Kröfluvirkjun. Elle alimente Akureyri et tout l’est de l’Islande. Les tuyaux partent de la zone du Krafla. Près de Reykjalid, l’eau bouillonnante est rejetée dans un lagon d’un bleu laiteux. Un jet de vapeur impressionnant par sa puissance.

20120730-184112.jpg

Nous faisons aussi le tour du Viti. Ce volcan fait 300 m de diamètre. On se baignerait presque dans son eau d’un bleu limpide.

20120730-184228.jpg

En parlant de se baigner, ce soir c’est Blue Lagoon version Myvatn nature bath. On attend la jolie lumière du soir pour se faire un bain chaud à 35-40 degrés face au lac Myvatn.

20120730-184334.jpg

De Kerlingarfjöll au lac Myvatn

Nous quittons à regret les montagnes du Kerlingarfjöll. Le ciel est de nouveau gris. Il nous faut près de quatre heures de piste pour rejoindre la route 1. Little givrée co-pilote et son papa font l’exploit de reprendre la F35 vers le sud au lieu du nord ! On s’en rend compte au bout de 15 km de piste. Demi tour. Une heure pour rien. On croise les cyclistes qu’on avait doublé un peu plus tôt.

Nous passons par la région d’Akureyri. Le fjord nous rappelle les paysages de Norvège. Arrêt à la cascade des dieux, la Godafoss et nous voilà à Myvatn pour plusieurs jours. Nous plantons nos tentes face au lac au loin, et une jolie église. Soirée crêpes et Nutella pour fêter notre plus grosse journée de route. Bien méritée….

20120729-224227.jpg

20120729-224310.jpg

20120729-224359.jpg

Neige, ocre et merveille du Kerlingarfjöll

Vendredi 27 juillet
Nous reprenons la F35 pour filer à Kerlingarfjöll. Le soleil est revenu mais les flaques d’eau boueuses de la veille sont toujours là. Résultat, en quelques kilomètres le Duster blanc, lavé le matin arbore une tenue de camouflage caramel.
Arrivés au camping de Kerlingarfjöll, nous plantons rapidement la tente au bord de la rivière pour filer en randonnée. Les lumières du milieu d’après-midi commencent à se réchauffer. Il souffle un vent fort sur les crêtes mais la vue à 360 degrés est époustouflante. Le désert de pierre du Kjölur, les glaciers de part et d’autre, et les petites montagnes du Kerlingarfjöll qui culminent à 1477 m.
Passé un névé et un col, au bout d’une heure et demie de marche, nous n’en croyons pas nos yeux. La zone géothermique est en contrebas sous une lumière dorée de fin de journée. Le tableau est à peine inimaginable. Du blanc, des ocres, des gris, des touches de vert, des fumerolles et des torrents. Le paysage donne les larmes aux yeux. Ben, oui carrément.
Nous restons un moment, équipés de gants, bonnets et coupe vent. Celui ci souffle… glacial ! Mais peu importe. Nous redescendons grisés par ce tableau de la nature. Promesse déjà fait de rester un jour de plus dans ce décor hallucinant. Le plus beau d’Islande que nous ayons vu jusqu’à présent.

20120728-175305.jpg

Samedi 28 juillet
Ciel bleu youpi au réveil ! Nous montons en voiture cette fois ci au départ de la zone géothermique pour y randonner au cœur. Les lumières sont moins belles que la veille mais nos yeux vont une nouvelle fois se régaler. La zone est faite de mamelons, de torrents, névés, et lignes de crêtes sublimes. L’ocre présent dans toutes les gammes fait parfois penser aux dunes du Sahara. Quelques mètres plus loin, les marmites bouillonnantes prouvent qu’on est bien en Islande. Nous passons l’après-midi à jouer les chasseurs d’images dans ce décor. Les pierres d’obsidiennes sont fabuleuses. Difficile de ne pas en adopter quelques unes en chemin.
Nous avons du mal à quitter ce décor. À la fois irréel mais à taille humaine. L’ado givré est aux anges et nous dit qu’après avoir arpenté ce paysage, il lui sera dur « de faire de la rando dans le Jura dans des paysages à deux balles… ! ». Dixit.

Demain une grosse journée de route nous attend. On aimerait pouvoir rallier la région du lac Myvatn.

20120728-175642.jpg

20120728-175847.jpg

Revenez plus tard sur cette page. Nous avons d’autres photos et des vidéos tournées lors de la rando. Nous les mettrons en ligne à notre retour.

Du sud au nord : la piste F35 de Kjölur sous le déluge

20120726-201154.jpg

Lever sous le soleil ce matin direction les hautes terres de l’Islande.

Sur la route 35, nous faisons un stop à la très touristique chute de Gulfoss. Elle est superbe « la chute d’or ». La rivière Hvítá s’est frayée un passage dans une fissure de la couche de lave. Elle a creusé des gorges impressionnantes.
Son débit atteint 109 m3 par seconde, voire 2000 m3 par seconde en période de grande crue.

20120726-201233.jpg

C’est parti ensuite sur la F35. La route devient piste et traverse l’Islande vers le nord. Au loin, la pluie fait son apparition. Le jeu de lumière est superbe. Bientôt, nous sommes sous de bonnes gouttes. Sous d’énormes nuages noirs. Ils se sont donnés rendez-vous entre les deux glaciers, le Langjökull et le Hofsjökull. Et nous sommes pile dessous !

La douche va bien durer 60 km de piste. Nous doublons plusieurs cyclistes. Chapeau à eux de traverser l’Islande en vélo dans ce décor dantesque ! Le vent est phénoménal. Nous leur souhaitons de l’avoir favorable.

Bientôt, la pluie transforme les flaques d’eau en gués !. 30 cm d’un liquide marron chocolaté avec des vagues dessus s’il vous plaît ! Impressionnant. À chaque méga flaque, et on finira par ne plus les compter, le Duster se prend une douche de capuccino ou de « smecta » selon les avis.

Les montagnes du Kerlingarfjöll sont sous un ciel d’encre. À Hveravellir, il pleut et vente toujours. Le camping est une éponge. Le décor tristoune. Nous décidons de poursuivre jusqu’à Blönduós pour se mettre au sec. Nous voici donc au nord du pays. Pour se remettre de la douche du jour, c’est fête ce soir. On dort dans un chalet. Notre première nuit dans du dur, dans un lit depuis trois semaines.

Demain, nous remonterons la piste F35 pour randonner à Hveravellir et Kerlingarfjöll. La météo prévoit une amélioration.

20120726-201323.jpg

20120726-201459.jpg

Le zoo de Reykjavik

Météo islandaise…météo foutaise ! Aujourd’hui, il devait faire un temps correct. Au programme prévu, un tour au zoo et une escale dans la plus belle piscine de la capitale islandaise.

Arrivés à Reykjavik, la pluie ne nous quitte pas de l’après-midi. 11 degrés, un bon petit vent qui souffle avec : le bonheur !

La piscine tombe à l’eau et « la petite givrée » réussit à nous faire passer l’après-midi au zoo. Il n’est pas grand mais ravit la puce de 10 ans. C’était sa journée. Phoques, poules, cochons, chevaux et même renard polaire…jeux en tous genre…voilà mademoiselle heureuse de sa journée.

20120725-214055.jpg

20120725-214123.jpg

20120725-214151.jpg

20120725-214234.jpg

20120725-214301.jpg

20120725-214337.jpg

20120725-214409.jpg

20120725-214442.jpg

20120725-214513.jpg

Demain, nous quittons Selfoss, son camping, ses douches chaudes à volonté, son réseau wifi, pour monter dans les hautes terres par la piste F35 de Kjölur. Objectif : randonner dans les montagnes de Kerlingarfjöll. Nous espérons y passer une ou deux nuits (très fraîches) sous la tente. Ne vous inquiétez pas si le blog marque une pause, faute d’énergie sur nos téléphones portables.

23 heures : 6 degrés sous la tente ! On se glisse dans nos duvets.

Merci les voisins !

Image

Ils se reconnaîtront. Merci à nos précieux voisins qui s’occupent de Doudoune, Choupinette, des plantes vertes et du courrier.

On espère que l’été sous vos latitudes se passe bien. Promis, on finira par rentrer !

Gros bisous à tous