Neige, ocre et merveille du Kerlingarfjöll

Vendredi 27 juillet
Nous reprenons la F35 pour filer à Kerlingarfjöll. Le soleil est revenu mais les flaques d’eau boueuses de la veille sont toujours là. Résultat, en quelques kilomètres le Duster blanc, lavé le matin arbore une tenue de camouflage caramel.
Arrivés au camping de Kerlingarfjöll, nous plantons rapidement la tente au bord de la rivière pour filer en randonnée. Les lumières du milieu d’après-midi commencent à se réchauffer. Il souffle un vent fort sur les crêtes mais la vue à 360 degrés est époustouflante. Le désert de pierre du Kjölur, les glaciers de part et d’autre, et les petites montagnes du Kerlingarfjöll qui culminent à 1477 m.
Passé un névé et un col, au bout d’une heure et demie de marche, nous n’en croyons pas nos yeux. La zone géothermique est en contrebas sous une lumière dorée de fin de journée. Le tableau est à peine inimaginable. Du blanc, des ocres, des gris, des touches de vert, des fumerolles et des torrents. Le paysage donne les larmes aux yeux. Ben, oui carrément.
Nous restons un moment, équipés de gants, bonnets et coupe vent. Celui ci souffle… glacial ! Mais peu importe. Nous redescendons grisés par ce tableau de la nature. Promesse déjà fait de rester un jour de plus dans ce décor hallucinant. Le plus beau d’Islande que nous ayons vu jusqu’à présent.

20120728-175305.jpg

Samedi 28 juillet
Ciel bleu youpi au réveil ! Nous montons en voiture cette fois ci au départ de la zone géothermique pour y randonner au cœur. Les lumières sont moins belles que la veille mais nos yeux vont une nouvelle fois se régaler. La zone est faite de mamelons, de torrents, névés, et lignes de crêtes sublimes. L’ocre présent dans toutes les gammes fait parfois penser aux dunes du Sahara. Quelques mètres plus loin, les marmites bouillonnantes prouvent qu’on est bien en Islande. Nous passons l’après-midi à jouer les chasseurs d’images dans ce décor. Les pierres d’obsidiennes sont fabuleuses. Difficile de ne pas en adopter quelques unes en chemin.
Nous avons du mal à quitter ce décor. À la fois irréel mais à taille humaine. L’ado givré est aux anges et nous dit qu’après avoir arpenté ce paysage, il lui sera dur « de faire de la rando dans le Jura dans des paysages à deux balles… ! ». Dixit.

Demain une grosse journée de route nous attend. On aimerait pouvoir rallier la région du lac Myvatn.

20120728-175642.jpg

20120728-175847.jpg

Revenez plus tard sur cette page. Nous avons d’autres photos et des vidéos tournées lors de la rando. Nous les mettrons en ligne à notre retour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s